"Sommes-nous tous fous ?"… De vrais questions autour d'une table ronde !


Mars 2014, et comme chaque année, le CHU, le Centre Hospitalier Sainte-Marie, l’Unafam avec le soutien d’Espérance 63, de l’association Croix Marine d’Auvergne et de l’Anpaa organisent la Semaine d’information sur la santé mentale dont la thématique 2014 est « Information et santé mentale ». J'ai le plaisir d'animer une table ronde riche d'une interpellation sociétale majeure : la place du 'psychotique' dans notre société.

« Nous vivons dans un monde de fous »...

Dans une société où tout va vite, où le politique et le médiatique s’enlacent sans cesse, où les réseaux sociaux permettent à des personnes d’avoir 2 000 amis virtuels et d’être terriblement seules en même temps, on peut légitimement se demander si l’on n’est tous pas un peu fou… Mais être fou, qu’est-ce que ça veut dire ?

À l’occasion de la 25e Semaine d’information sur la santé mentale, on nous propose de s’intéresser à la notion « Information et santé mentale ».

Dans une table ronde mêlant des professionnels d’horizons divers, les différents aspects de la « folie » seront évoqués. L’historien Ludovic Viallet nous rappellera les grandes périodes de l’histoire de la psychiatrie et nous montrera qu’au fil des siècles, le sort réservé aux « insensés » devenus aux XIXe s. des « aliénés », a évolué.

Qui doit prendre en charge le « fou » devenu aujourd’hui un malade psychiatrique ? Le médecin psychiatre assurément, c’est ce que nous verrons avec le Pr Pierre-Michel Llorca. Bertrand Noailles, enseignant, nous dira que le philosophe peut apporter une approche à la compréhension et à l’analyse de la santé mentale. Quand un malade mental commet un délit, le juge doit-il condamner le délinquant ou punir le malade ? Le droit pénal français prend en compte la « folie » de deux manières nous dit le magistrat Joël Montcriol : l’abolition du discernement et l’altération du discernement ont des conséquences différentes.

Un fait divers où est impliqué une personne souffrant de troubles psychiatriques peut relancer, attiser le débat sur l’intégration dans la société des malades schizophrènes par exemple. Cécile Bergougnoux, journaliste à La Montagne prendra exemple sur ses pratiques pour relater les écueils auxquels peuvent se heurter le journaliste.

Aujourd’hui, les malades psychiatriques sont devenus des usagers du système de santé mentale et, à ce titre, ils sont des droits et sont représentés dans les plus hautes instances des structures de prise en charge, comme nous le précisera Marie-Paule Poilpot, Présidente de l’Unafam Auvergne. Enfin, l’accueil de structures de prise en charge de malades psychiatriques dans la cité peut poser question et parfois susciter l’animosité des administrés, comme nous le racontera Jean-Pierre Buche, Maire de Pérignat-sur-Allier. Animée par Frédéric Coureau, cette table ronde à rassemblé les intervenants suivants :

  • - le Pr Pierre-Michel Llorca (psychiatre),

  • - Bertrand Noailles (philosophe),

  • - Ludovic Viallet (historien),

  • - Joël Montcriol (magistrat),

  • - Marie-Paule Poilpot (présidente de l’Unafam Auvergne),

  • - Cécile Bergougnoux (journaliste),

  • - Jean-Pierre Buche (maire de Pérignat-sur-Allier).

Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2023 par Martin et associés. Créé avec Wix.com